Skip to content

"Mademoiselle, vous avez l’air délicieuse!"

14 octobre 2011

Donc ma collègue est trop heureuse de vivre pour écrire: eh bien rassurez-vous pas moi. Par contre je suis sans doute trop en bordel pour tenir un discours ordonné. Si vous n’avez pas peur de passer du coq-l’âne et inversement, tant mieux, restez!

Si je dois mettre un mot pour décrire mon état psychologique depuis 15 jours, je dirais: cyclothymique. Ou "changeant". Soupe-au-lait. Hystérique. Inégal. Comme des giboulées de mars mais venères. Tel un gigantesque Grand 8 dont tu ressors avec les jambes qui tremblent et du coup tu vas manger une barbe à papa pour te remettre d’aplomb, ce qui ne sert qu’à ajouter une nouvelle envie de vomir (du sucre rose) à ton envie initiale de vomir (tes organes internes). (Lovely métaphore, My Fair Lady. Very lovely, indeed.)

Par exemple hier, sans raison particulière, je me sentais dans un état un peu… j’aurais envie de dire: chafouin. Mais j’ai appris récemment que ce mot ne voulait pas dire ce que je croyais (soit: mes parents m’ont menti. Soit: mes parents ne savent pas TOUT. Dans les deux cas, quel choc!) En fait, apparemment, chafouin voudrait dire fourbe. (Je revois tous ces moments où ma maman me disait doucement "Que se passe-t-il ma chérie, tu sembles chafouine?" et soudain, au lieu de jolis moments d’émotions où une enfant sensible implore du réconfort, je visualise une enfant (moi) avec une tête de renard pervers:

(mon enfance prend soudain un goût amer…)

Donc, disons pour employer un mot correct, que ces derniers jours je n’étais pas glops. Dans un pur instinct masochiste, je me suis donc plongée dans des oeuvres franchement déprimantes, cherchant ce que quelques grands artistes avaient pu produire sur le mal-être. Par chance, des artistes maudits et dépressifs, y en a à la pelle!

Après avoir réécouté tous les chansons de Barbara (celles de la fin, quand on entend bien le cancer dans sa voix) en feuilletant Le Spleen de Paris (Beaudelaire, la solitude, la drogue, la pauvreté, les alexandrins, tout ça…) après avoir lu les correspondances de Van Gogh (l’asile, la solitude, la pauvreté, la folie, l’oreille coupée, tout ça…) avec un CD d’Anthony & The Jhonsons en fond sonore en buvant du café froid (l’amertume, la noirceur, le froid de l’âme, tout ça…) , après avoir erré sur Doctissimo pendant qu’Arte diffusait un énième docu sur la Shoah, après avoir pleuré devant les reportages sur les indignés de Wall Street (les images de manif me font pleurer, c’est comme ça, ne me demandez pas…), j’ai enfin trouvé LA chanson représentant à merveille mon état d’esprit. C’est beau de constater que de grands artistes ont vécu ce qu’on ressent et ont su l’exprimer par des oeuvres bouleversantes de justesse et d’audace, qui en disent plus long en 3’40 que tous nos blablas:

Du coup, je me suis sentie mieux. Pour fêter ça, j’ai daigné ressortir de ma caverne et aller saluer le monde extérieur pluvieux. Je n’étais encore d’humeur super-sympa, pas envie de parler, encore moins à des inconnus, mais j’habite à Paris, donc c’est pas grave: je tirais juste la même tronche que tout le monde.

Sauf qu’en ce moment, ayant laissé à ma vraie nature reprendre ses droits un peu trop longtemps, je redeviens blonde. C’est très troublant psychologiquement, quand on a passé des années à se faire passer pour une brune et que notre cerveau l’a intégré. Toute la construction personnelle de mon image de moi-même vacille. Mon âme est châtain. Le sommet de mon crâne est blond. Où suis-je? Où vais-je? Pourquoi-je?

Et surtout, la version blonde de moi-même se fait davantage aborder emmerder que l’autre. Le blond est un aimant à boulet.

Sortant de chez moi après 3 semaines d’hibernation, je regarde donc le monde avec doute, méfiance et hauteur (j’ai mis des talons). Dans l’oeil du mâle, j’ai alors l’air d’un petit être sensible (le doute), sauvage (la méfiance) mais aguicheur (les talons). Mmm, miam miam, abordons donc ce petit animal.

J’ai fait 20 mètres que surgit la première intrusion d’un inconnu dans mon espace intime (qui mesure 10 mètres de diamètre en ce moment) et avec une accroche de choc: "Mademoiselle, vous avez l’air délicieuse!"

(Un deuxième m’a dit: "Mademoiselle, vous avez l’air naturel. Puis-je vous offrir un verre?". Naturelle = porter des lunettes)

(Je n’avais pas listé ces phrases dans ma grande étude sociologique sur les mauvaises phrases d’accroche (que je vous conseille de relire: avec le recul, je pense avoir réussi la fusion presque parfaite entre Pierre Bourdieu et Carrie Bradshaw). Elles méritent pourtant largement d’y entrer)

Instantanément, j’ai visualisé ça:

Et du tac-au-tac j’ai répondu "Je ne suis pas un loukoum connard". (Pourquoi un loukoum? That is the question)

"Vous avez l’air délicieuse ", voilà une phrase dégueu:

-"Délicieux" comme un aliment = mademoiselle, j’ai envie de te bouffer = dégueu.

-"Délicieuse" au sens de "gentille, charmante, agréable et féminine" = macho et agaçant, tu me connais pas, tu dis ça parce que je porte des talons et que je fais la gueule? Et ta mère, elle est délicieuse?

D’ailleurs, une fois de plus, Google image prouve un truc marrant, regardez attentivement:

alors que…


Sauras-tu trouver les (nombreuses) différences entre ces deux captures d’écran et en tirer un constat alarmant? (mis à part le fait que la seule image revenant 2 fois soit celle d’un déprimant baba au rhum?)

Eh bien "délicieux", c’est un adjectif qui concerne la nourriture. Les brownies, les feuilletés, les cupcakes (toujours eux!) sont "délicieux". 9/12 images montrent des pâtisseries et 3 des livres. Un homme apparaît, et il mange sagement un cadeau (… pendant que derrière lui, deux filles se roulent une pelle: quoi de plus normal!?)

Alors que "délicieuse" désigne des filles. En soutifs. A part cet immonde baba au rhum (qui tient apparemment les rênes du pouvoir de toutes les recherches google sur "délicieux") et l’improbable plateau de sushis-USB, toutes les autres images sont féminines/sexy/érotiques. 7 photos de femmes, dont 4 à moitié ou totalement à poil + un gâteau recouvert d’un coulis probablement fait en muqueuses.

ET LES HOMMES, BORDEL, ILS PEUVENT PAS ÊTRE DÉLICIEUX?? Ca ne me dérange pas que les filles soient en soutiens-gorges, mais pourquoi n’a-t-on pas droit à des photos de mecs en slip? Si la libération des corps et de l’individu, c’est de se mettre en lingerie sur le web, cool, avec plaisir: allez, les gars, soyez délicieux vous aussi!

Du coup, pardon,  mais je vais prendre un instant pour tenter d’influer sur Google, luttant ainsi contre la discrimination sexuelle, la femme-objet et la domination d’une imagerie paternaliste sur l’inconscient mondial:

délicieux,délicieux,délicieux,délicieux,délicieux,délicieux,délicieux,délicieux

délicieux,délicieux,délicieux,délicieux,délicieux,délicieux,délicieux,délicieux,délicieux,délicieux,délicieux,délicieux,

délicieux,délicieux,délicieux,délicieux... oh la la que oui!

Ah, ça fait du bien de rendre la justice!

Maintenant que je suis de meilleure humeur (cyclothymique, je vous avais prévenu…) je ferai peut-être un post pour raconter mes désopilantes aventures de la semaine, à savoir:

- comment on m’a proposé de devenir agent-secret-contre-espionne
- comment j’ai dompté des dinosaures avec un fouet (d’Indiana Jones, hein, pas de cuisine)
- comment le mec qui fait des travaux dans mon immeuble me réveille à l’aube avec sa perceuse MAIS gère à merveille de se faire pardonner grâce à un fonctionnement en trois étapes:
1. des blagues.
2. travailler torse-nu dans la cour.
3. apporter des croissants.

Délicieux.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 85 autres abonnés

%d bloggers like this: