Salut! Je m’appelle Nicolas S, je suis président et mon blog déchire grave

Alors je sais, ici, on est plus habitués à parler de Q/de féminisme/de confiture de fraises que de politique. Mais je vous rassure tout de suite, il ne s’agit pas de politique politicienne, ni des primaires socialistes, encore moins des élections cantonales (qui pourtant passionnent les foules), mais de ce qu’on pourrait appeler la politique 2.0.

Désormais, en effet, il ne suffit plus d’avoir une jolie cravate, du charisme, de marteler les idées fortes et d’avoir un think tank à la pointe : il faut aussi être geek, se montrer sur Facebook, Twitter, avoir son blog et son site en flash-player. Voire, pour les plus audacieux, tourner des clips vidéos trop LOL et xptdr.

Ainsi, Frédéric Lefebvre publie un livre intitulé Le Mieux est l’ami du bien ET une vidéo pour en faire la promo. Car qu’on se le dise, l’ancien porte-parole du gouvernement n’a rien à envier aux écrivains de la rive gauche, il a un attaché de presse qui surfe sur la vibe ; Beigbeder ou BHL peuvent retourner à leur café de Flore miteux car  l’Elysée, c’est THE place to be.
Lire la suite « Salut! Je m’appelle Nicolas S, je suis président et mon blog déchire grave »

Publicités

« Il faut savoir gérer son temps »

La semaine dernière, sur un coup de tête, j’ai acheté ceci  – un livre que je peux consulter uniquement le soir vu qu’il me foutrait trop la te-hon dans le métro :

Non, je n’ai pas 50 ans,  je ne vis pas une crise new-age,  je ne porte pas des fuseaux à carreaux et des lunettes (grosso modo, je ne ressemble pas à la cible du rayon Comment devenir riche, célèbre et détendu pour 19,90€ à la FNAC)

Mais force est de constater que la mode du développement personnel est arrivée jusqu’à moi, pourtant bobo parisienne suffisamment arrogante pour penser qu’en dehors de bouquins  intelligents, drôles, coolos, prenants, censurés en 1650, rien ne devrait encombrer ma table de chevet. On se demande bien ce qui m’a poussée vers ce livre, étant donné que j’ai déjà des semaines de quatre heures. Certes, j’aurais bien besoin de gagner davantage, mais je suis très éloignée des cadres à 75h/semaine – voire, et je n’ai pas honte de le dire, des salariés lambda à 45h.

Heureusement d’ailleurs, car pour diverses raisons relativement obscures, il se trouve que je suis constamment débordée.
Lire la suite « « Il faut savoir gérer son temps » »

« L’essentiel c’est de vivre! »

Je m’apprêtais à écrire un nouvel article sur les relations humaines entre hommes et femmes dans notre XXI ème où nous manquons désespérément de repères, et puis j’ai compris qu’il fallait que je change un peu de thème. Parce que, suite à toutes mes conneries sur les boum, la drague ringarde et Stephen Baldwin, la moitié de nos visiteurs sur ce blog semblent être des adolescentes pré-pubères ayant googlé “Il me lèche le visage, est-il amoureux?” (D’ailleurs, je te réponds, jeune fille: non, il n’est pas nécessairement amoureux. Ton petit copain est peut-être un Saint-Bernard. Pour être sûre, regarde autour de son cou s’il a un tonnelet de rhum). Les visiteurs qui arrivent ici grâce à ma collègue, eux, ont en général googlé des trucs comme “ejac faciale female friendly” ou “prends-moi sur le canapé chanson paillarde” (je ne sais pas si je suis jalouse ou soulagée, en fait…)

Donc, il est temps que j’extrapole mes domaines de réflexion: aujourd’hui, nous parlerons de la vie en société et de l’enfer urbain, ça nous changera.

Il se trouve que je n’ai pas ici une totale liberté de parole. Beaucoup de gens de mon entourage suivent ce blog, alors sans dire que je vis une véritable censure coréenne, je ne peux pas non plus absolument tout raconter. Je garde un voile pudique sur mes moments les plus honteux pour éviter que mes collègues ne me regardent bizarrement, je tais mes fins de soirées les plus trash pour ne pas affoler ma grande soeur, je ne crache pas ouvertement sur les boulets que je côtoie, j’évite de parler de façon trop précise de mon dentiste pour ne pas qu’il se venge, idem pour mon psy, ma banquière, mon dealer et mon juge des tutelles.

Heureusement, il y a au moins au personne de mon entourage que je ne peux pas blairer et qui n’a pas connaissance de ce blog: ma voisine du dessus.


Lire la suite « « L’essentiel c’est de vivre! » »