Il est meilleur que son visuel

Voilà une terrible vérité: juger sur l’apparence, c’est bête (et nous avons déjà traité son corollaire évident: s’attaquer au physique: c’est maaaaaal).

Preuve irréfutable, les grands-parents du monde entier ont inventé des dictons métaphoriques tro-meugnons pour que leurs enfants pensent à voir la fameuse beauté intérieure des choses:

UK: Don’t judge a book by its cover.

France: L’habit ne fait pas le moine (ou la version Borloo que linternaut vient de me faire découvrir “On ne connaît pas le vin à l’étiquette”).

Sénégal: Le criquet tient dans la main mais on l’entend dans toute la prairie.

Chine: La perle provient d’une vulgaire huître.

And my favorite: Si derrière toutes barbes il y avait de la sagesse, les chèvres seraient toutes prophètes.

Arménie: one point.

Je pourrais étayer ce sujet magnifique par un comparatif quotient de bonnasserie visuelle/quotient de bonnasserie au lit de mes ex. Mais le monde n’est pas totalement injuste (contrairement à ce que prétendent ces jours-ci les zamis dépités et surpris de DSK) et globalement, on sait tous que les mecs très beaux sont nuls au lit. (Sauf ce médecin irlandais sublime avec qui j’avais couché en Inde… mais toute règle doit avoir son exception)(d’ailleurs, je ne me rappelle pas de ton prénom, mais si tu as appris le français et que tu me lis: Hi! Call me!)

Donc j’ai décidé de vous parler de cupcakes.

Spongecake Bob (suffit de taper les bons termes dans Gogole image...)

Lire la suite « Il est meilleur que son visuel »

Publicités

C’est plus ce que c’était

Après des années de combat acharné, de tâtonnements, de reconversions professionnelles en tous genres, je me rends.

Ok, Papa, Maman, vous avez gagné, je vais perpétuer la tradition familiale, dûment nourrie depuis 3 générations et ENFIN rejoindre l’éducation nationale. De préférence comme prof de lettres, parce que je compte bien mettre à profit mes heures passées à lire Bridget Jones Zola et Racine, mon talent en orthographe (qui, en soi, n’est pas hyper commode pour briller dans les dîners), ma tendance à tout interpréter de manière compulsive. Cela étant, je précise en aparté que je ne veux pas devenir prof pour la planque, ni pour les vacances, ni même pour le salaire (qui, tout modeste qu’il soit, dépasse largement mes honoraires de littéraire dans le privé).

Nan, moi, ce que j’aime, c’est les ados. J’ai déjà expliqué ici que j’en étais toujours une, et que je compte bien le rester, mais vraiment, l’Ado me fascine, avec son ras-le-bol permanent, ses questions existentielles, sa gestion des hormones, le combiné rouge à lèvres + appareil dentaires ou gel dans les cheveux + caleçon pokémon. Bref.

Oui, je mets de mignons petits gifs animés en guise de pages pub' pour profiter de votre temps de cerveau disponible



Lire la suite « C’est plus ce que c’était »