T’es déguisée en oreiller indien?

C’est simple : tout le monde aime se déguiser.

Depuis l’apparition triomphale de la coccinelle (du pirate, du barbapapa..) en grande section, depuis les premières soirées étudiantes où on s’impose un thème bling-bling pour donner le change, pour l’anniversaire de Tonton Gilles (allez, tous en perruque disco!),  le déguisement est un corrélat quasi naturel de toute soirée digne de ce nom. Se déguiser, c’est l’assurance d’une fête à la fois fun et excitante, avec ce je-ne-sais-quoi de vertigineux dû à la nouveauté (il n’est pas dit que vous reconnaissiez immédiatement votre copain Jacquot sous ce sapin de Noël).

Google Images recèle beaucoup d'idées fascinantes

Quand je suis arrivée à Paris, mon expérience du déguisement se résumait à trouver un truc drôle et pas trop cher qui me permette une certaine liberté de mouvement (pour picoler et draguer principalement) lors du carnaval estudiantin annuel. Au final, le temps passant, j’ai appris à laisser tomber les idées drôles mais absolument pas viables (= sous un rouleau de PQ +  pluie normande par exemple) ou les idées viables mais absolument pas drôles – se déguiser en permanence en bombasse pour pécho, au bout d’un moment, c’est la grille assurée.

Et puis, j’ai vécu mes premières VRAIES soirées déguisées – celles où les gens jouent le jeu à fond, se griment, cherchent des fripes durant toute une journée pour coller au thème – et par la même occasion, j’ai vécu mes premiers moments de solitude. Prenons les choses par le commencement :

1) Il faut un thème, une contrainte, une idée de base pour éviter les trop classiques ou le grand n’importe quoi : la geisha, le diablotin, la princesse, la créativité mal placée …

Il ne s’agit pas de faire une kermesse mais une soirée déguisée, bordel.

On en rêvait, il l'a fait

Ca peut être n’importe quoi, du plus simple au plus compliqué : années 1900, une lettre de l’alphabet, montée de marches à Cannes… Parmi les idées plus drôles ou plus folles que j’ai vécues ou entendues : Tata Yoyo, soirée salon de l’agriculture (drôle uniquement si vous êtes en ville), clowns et comtesses, Miss France (où les hommes devaient, eux aussi, porter l’écharpe et la robe-paillette). Somme toute, une contrainte ni trop potache (tous déguisés en marque de bière!) ni trop sexuelle (soirée échangiste!).

2) Assurez-vous que tout le monde soit véritablement costumé. j’ai ici une pensée émue pour cette soirée où j’étais déguisée en crabe géant (avec des pinces, une carapace et tout et tout) et où il n’était pas hyper facile de causer boulot, vacances et politique internationale avec des gens vêtus, tout bêtement, d’une marinière. Faut dire, vu le thème, j’aurais dû me méfier : soirée « marine », ça n’inspirait pas le lâchage intégral.

3) A l’inverse, soyez original et détonnant si vous savez que les gens jouent le jeu. Il n’y a rien de pire que de se retrouver en jean – t-shirt blanc (ben, euh… je suis en star sans maquillage, tu sais, comme dans Oops) au milieu de joyeux lurons peinturlurés en vert et qui se rasent le crâne pour l’occasion. Un petit conseil : les comédiens, les étudiants aux Beaux-Arts, les ingénieurs du son constituent une catégorie prompte à enfiler une combinaison en lycra jaune à la moindre soirée années 80.

On n'en rêvait pas, ils l'ont fait quand même

4) Ne recyclez pas à chaque fois la même robe un peu kitsh ou votre unique perruque rousse. C’est le risque de vous voir poser des questions gênantes : « ben euh… t’es déguisé en oreiller indien? » « Nan nan, c’est ma djellaba qui me sert de pyj… » Quelques accessoires, des chaussures improbables, des faux-cils… De même, ne louez JAMAIS un costume – bah forcément, si vous y mettez 100 euros, vous serez le mieux déguisé – mais vous ne serez pas drôle.

5) Il faut des inconnus, des gens que vous n’avez jamais vu ou juste croisés de ci de là, histoire de ne pas tourner en rond : soirée déguisée à 10, c’est un peu minable. (Si tout le monde passe son temps à se prendre en photo, ça veut dire que c’est l’ennui total). L’intérêt du déguisement réside justement dans la possibilité de jouer avec les codes sociaux, les moments de rencontre, les univers de chacun : le carnaval, dès le Moyen-Âge, possédait la capacité de renverser l’ordre établi.

Et n'oubliez pas votre gerbille déguisée en dragon bleu!
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s