« Vous avez quatre heures »

Il y a exactement 10 ans jour pour jour, un mercredi soir probablement ensoleillé, ma mère m’avait sans doute acheté du saumon fumé pour me remonter le moral (oui le saumon me remonte le moral, je me fous des théories de complots écologistes sur leur disparition et leur pollution) et j’avais sans doute mal dormi bien que je me sois couché tôt après avoir fumé une ou deux clopes en cachette dans ma chambre sur-décorée de photos de ma bande de copines.

J’avais du me dire (et peut-être m’écrire)(j’étais romantique) que je me souviendrai toujours de cette soirée parce que d’ici quelques heures allait commencer… ma Vraie Vie d’Adulte! (Non, ceci n’est PAS un article sur mon dépucelage).

Je me suis trompée: je n’ai aucun souvenir de cette soirée en particulier et ma VVA n’a pas commencé le lendemain (mais comme tout le monde, le jour où je compris ce que représentait le logo Carrefour).

Mais tout de même, il y a dix ans ce n’était pas n’importe quoi comme soirée: je m’apprêtais à passer L’ÉPREUVE DE PHILO!
Oooouuuuhhhh!
Donc en hommage à moi-même je m’en vais tenter de répondre à la question sur laquelle j’avais planché jadis:
« Tout pouvoir s’accompagne-t-il de violence? »
Vous avez quatre heures.
Hum.

Après des années de glande, d’internet et de free-lance, c’est drôle mais l’idée de « quatre heures » à rédiger de la philo me semble tout bonnement surréaliste.
Quatre heures consécutives sur un même sujet? A part dormir je ne vois pas une seule action que je fasse si longtemps d’affilé.
Travailler 4 heures? Mouais, soit, mais entrecoupé de checkages de mail/FB/blog/FB/téléphones/café/FB/café.
Ecrire 4 heures? Idem (en pire). Lire? hum.
Manger 4 heures? A Noël, et encore (entrecoupé de checkage de mail/vin rouge/téléphone/champagne).
Courir 4 heures? Ah ah. Non évidemment.
Baiser 4 heures? Très drôle.
Donc, 4 heures de philo je n’en suis plus capable.

My-Fair-Lady-2001: one point. La 2011: zéro.

La grande question qui me taraude est: si je devais rendre ma copie de philo demain, serais-je (encore) plus nulle que jadis?

Sûrement oui. Je connaissais alors par coeur des passages des Règles pour la direction de l’esprit… Ouaip. (Punaise, je vais m’y remettre, je périclite).

Et puis je n’ai pas 4 heures devant moi pour me lancer le défi. (J’ai déjà un dossier à rédiger pour hier qui va m’en prendre 6 (vu que j’entrecouperai sa rédaction de checkage de mail/vin rouge/téléphone/FB/cigarette (je déteste fumer en travaillant, donc je suis OBLIGÉE de faire des pauses)/re-mail/re-clope/FB/tiens si j’écrivais un article de blog/tiens si je me lavais les cheveux/mail/clope/etc…)((ma vie, quel sacerdoce).

Jadis, j’eus 9 en philo. Une note humiliante pour une élève prétentieuse et scolaire comme moi, mais de 5 points supérieure à celles que j’avais eues pendant l’année.

Parce que mon prof ne me comprenait pas, et réciproquement. Et surtout, il ne comprenait pas mon humour.

Ce que je vivais d’autant plus mal que cet homme était formidable, tout à fait l’image du prof de philo dont on rêve dès le jour où on a pleuré devant Le Cercle des poètes disparus: passionné, passionnant, enflammé, caustique et dégingandé.

Au premier cours, dans les traditionnelles petites fiches de présentation il nous avait demandé quels ouvrages philosophiques nous avions déjà lus. J’avais répondu L’Alchimiste de P. Coelho.
Humooooouuuur.
Platon, Heidegger, Coelho... tout ça quoi.
Même avec dix ans de recul, je trouve tout de même cette blague assez classe. (Je devais être formidable à 16 ans)(malgré mon Carhartt bleu ciel et mes cheveux en semi-dreads).

Mais, mon prof n’a pas compris et s’est targué d’un petit laïus devant toute une classe hilare pour expliquer en quoi Paolo Coelho n’était PAS Socrate, mwouarf mwouarf mwouarf! (je n’ai évidemment JAMAIS avoué que c’était moi la conne qui avait écrit ça et je crois même avoir fait courir la rumeur que c’était Vincent, un pauvre garçon qui avait des favoris roux)(j’étais vraiment formidable à 16 ans)(menfin quoi? DES FAVORIS ROUX?!)

Donc j’eus aimé être une génie de la philo. Il n’en fut rien et mon ego en fut sévèrement meurtri. Le fait de devoir exposer des points de vue personnels me semblaient totalement impossibles. Et pour cause: je n’avais pas vraiment d’opinion personnelle à l’époque (ce blog est ce qu’on appelle une revanche sur soi-même).

Et en tout cas certainement pas sur des sujets tels que « La question « qui suis-je » admet-elle une réponse exacte? ».

Sur des questions telles que « panini poulet ou sandwich américain? » voire « débardeur Lady Soul ou T-shirt DDP? »: bien sûr, j’avais des réponses exactes (panini et débardeur). Mais pas plus.

C’est tout de même une étrange particularité française avouons-le -honorable mais étrange- que ce coef 7 de la philo au bac. Une matière sortie de nulle part mais soudain PRIMORDIALE (pour avoir le bac et la VVA qui doit en découler), alors que les autres qu’on se traîne depuis trois plombes n’en valent même pas la moitié (toutes ces cartes de géo artistiquement coloriées pour un minable coef 3… pffff, quel gâchis) C’est un peu une arnaque tout de même.

Un matière abstraite, sans thème clair (la Vie, la Mort, l’Amour, le Bonheur… ça fait un peu chapitrage de Paulo Coelho, hein!) sans bonne ou mauvaise réponse, avec des références oui, mais subjectives… une matière assez bizarre pour alimenter des légendes urbaines féeriques (« J’te jure: le cousin de la copine de JB, il a eu « C’est quoi le courage? » comme sujet au Bac. Il a juste répondu « C’est çà! » et IL A EU 20!! »)

Je cherche à éluder le sujet, ça se voit?

C’est terrible, plus que 3 heures! (oui, j’ai mis une heure à écrire ça, no comment)(clope/FB/grissini/coca/clope/mail, tout ça tout ça…)

Aloooorrrs. Tout. Pouvoir. S’accompagne-t-il. De. Violence.
Tout.
Pouvoir.
Bien bien bien.

(ne pas googler ne pas googler ne pas googler ne pas googler ne pas googler ne pas googler…)

Il y a 10 ans je pense qu’en gros, j’avais répondu oui. C’est une question qui appelle la réponse un peu anar. J’avais du m’enflammer, notamment contre l’Eglise. Ambiance « Comment ces enflures de catholiques espagnols ont massacré les Incas » et « Comment les sales WASP ont tout piqué aux Indiens d’Amérique » (j’avais vu Pocahontas. Deux fois)

Well. C’est un peu raccourci comme explication, mais ça traite de pouvoir et de violence, je n’étais pas si hors-sujet.

Soyons méthodiques: regardons des cas de pouvoirs et voyons s’il y a violence:

Pouvoir politique:
– coups d’état militaires ou putsch: check.
– révolutions: check. Sauf la Tunisie et l’Egypte ces derniers mois? Non, il y a violence après, même si la révolution est pacifique. Donc check.
– élections: ça dépend un peu. Mais globalement, si, avec armes à feu, votes truqués ou juste avec des promesses bidons et de la démagogie: check.
– royauté anglaise: check.
Pouvoir économique:
– P-DG du CAC 40: check.
– traders: check.
– Donald Trump: check
Pouvoir religieux:
Je ne vais même pas développer, hein? Mettons un check global.

Je continue avec le pouvoir moral? Avec le pouvoir des riches sur les pauvres? De la majorité sur les minorités? Des hommes sur les femmes? Check check cheeeeck.

Bref. Conclusion: je suis toujours incapable de donner le moindre argument philosophique mais j’ai plus d’arguments tout de même qu’il y a dix ans. Et mes cheveux sont nettement mieux.

Publicités

2 réflexions sur “« Vous avez quatre heures »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s