Et tu fais quoi dans la vie?

De manière générale, je DETESTE qu’on me pose cette question. D’abord, elle est corrélée à des situations plus ou moins inconfortables : soirée avec des gens qu’on ne connait pas, dîner en tete à tete avec Joss72 de Meetic, repas de famille avec Tonton qui nous a pas revu(e) depuis qu’on a les poils qui poussent…

Ensuite,  durant toute une période (de 6 mois, mais qui m’a semblé une éternité), je n’avais rien à répondre. « Je suis au chômage » – ça vous pétait une ambiance aussi surement qu’un meeting de Christine Boutin. « Je cherche un taf » – trop de questions à venir. « Je me lève tous les jours à 14h, je geeke jusqu’à 18h et je picole toute la nuit » – pas socialement acceptable.

Je passerai sur les boulots d’été (quoique, « je castre du mais » avait un coté délicieusement déstabilisant – du moins auprès de mes petits camarades de prépas), qui ont, reconnaissons-le, l’intérêt indubitable de motiver pour de longues études. Parce que se trainer à genoux pour sarcler des carottes pendant 40 ans, ça semble inenviseageable (et puis, une fois qu’on a gouté au métro/boulot/dodo, on se surprend à y songer). Mais une fois les grandes études terminées, finie la rigolade, il n’est plus possible de répondre « Là, je suis en plein sur le dialogisme de Bakhtine à l’oeuvre dans Voyage au bout de la nuit… hmm, et toi? »

En plus, il faut répondre un truc à peu près intéressant et pour autant, pas trop éloigné de la réalité, des fois que qu’il y ait le cousin de la belle-soeur de votre collègue dans les parages, qui se ferait une joie de tout cafter (« Dis, ta collègue, elle est bien directrice artistique? Aaaah, non, elle est assistante de direction, il me semblait bien aussi… »). Enjoliver la vérité tout en restant flou, voilà le secret des jeunes branchés d’aujourd’hui…

Par exemple, « je suis chef de projet dans une start-up« , il faut comprendre = je suis en freelance et je galère grave, tu veux pas ma carte?

« Je travaille au service de presse, directement rattaché(e) à la comm’ avec les journalistes » (C’est mon 4ème stage et je peux enfin décrocher le téléphone pour faire des relances auprès des secrétaires)

« Je suis en pleine reconversion, je vais me former à Los Angeles » (J’aurais bientôt plus d’allocs, je pense aller bosser chez Mac Do)

Tout ceci va, évidemment, avec une petite pointe de snobisme et de comportement ultra-communautaire : v’là la déception si le beau brun ténébreux vous répond qu’il travaille aux pompes funèbres, ou si la jolie rousse va pointer tous les jours dans un abattoir. Moi-meme, je peux me détourner avec un frisson de dégout de quelqu’un qui me répondra « Je suis comptable ». Parce qu’alors, je suis SURE que nous n’aurons rien en commun – en meme temps, le taux de probabilité pour que je me retrouve avec des comptables dans des soirées avec mes potes intermittents ou au chomdu parait peu élevée.

Heureusement, ces derniers temps, je suis ravie de répondre à la question autrefois tant redoutée. Car, si vous ne le saviez pas encore (honte à vous), nous, auteures de ce blog, nous sommes des littéraires à louer. Et quoi de plus jouissif que de dire : ben moi en ce moment, je suis à louer, ça te dirait pas?

En plus, vous pouvez nous retrouver (joie-bonheur-immense satisfaction) à la rédaction de Lense, merveilleux site consacré à la photo, et très prochainement ici, et meme là.

Publicités

4 réflexions sur “Et tu fais quoi dans la vie?

    1. Oui mais quand c’est de l’auto-promotion, c’est pas vraiment de la pub; si?
      *************VOTEZ POUR MOI*****************

  1. Etant comptable et fervente lectrice de ce blog, je pense qu’on a plus de choses en commun que tu ne le penses… Par exemple, moi aussi je déteste cette question, parce que quand je dis comptable, les gens me fuient ou me prennent pour une personne qui a des TOC. La vie n’est pas facile, ma bonne dame!

    1. Ne t’inquiète pas, chère Danoise pas blonde, ce n’est pas contre toi: c’est juste que Mlle Bovary, en tant que littéraire pure et dure, a une phobie globale des chiffres, à moins qu’ils ne correspondent à des chapitrages de Rousseau (ou à sa pointure de chaussures).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s