« Ca fera pour ton anniversaire »

L’autre jour, une copine s’est étonnée d’un de mes posts de blog qui selon elle « changeait de la ligne éditoriale habituelle ». J’ai ainsi découvert que nous avions habituellement une ligne éditoriale. Incroyable, je n’y avais jamais pensé.

Si vous voulez tout savoir, au départ, lors de la réunion Historique qui posa les jalons de ce lieu de débat incontournable qu’est Elleestsifragile -réunion que rétrospectivment on peut considérer comme le Yalta de la blogosphère- on voulait créer le blog de La Femme Idéale. On (le « on » incluait alors trois personnes –  voyez comme je vous livre les coulisses secrets de l’Histoire – mais la 3eme s’est dégonflée et voilà pourquoi ce blog n’est pas plus à gauche et ne contient aucune recette de cuisine libanaise.)

(oui, ça ressemblait à ça, avec juste des mojitos en plus)

Bref, ça devait être un blog très complet sur tous les aspects de la vie de LA Femme (puisqu’on est toutes les mêmes)(des garces)(surtout ta mère) tels que les évoque Michel Sardou. La femme enfant-infirmière-d’affaire-au-foyer-sexy. On aurait parlé de travail, de Q et de cookies. Rien à voir avec ce qu’on fait finalement. (Allez, tenez)

Bon, et sinon, la semaine dernière, j’ai eu 28 ans, voilà c’est dit.

J’ai réalisé que France-Brésil c’était il y a presque 15 ans. Emma Bovary m’a fait remarqué qu’à mon anniversaire il y avait 32% de poussettes et 47 d’homosexuels. J’ai passé une soirée avec des quadragénaires qui habitaient tous en banlieues sauf un -qui avait plutôt 50 ans et portait un jeans slim rouge en velours, du coup ça compte pas-, j’ai pleuré devant une photo de la guerre du Viet-Nam parce que la légende disait que la petite fille avait survécu grâce au photographe et l’avait publiquement remercié 28 ans plus tard, j’ai dansé dans un PMU sur Baby one more time en pensant que Britney à l’époque, ohlala! vous vous souvenez?, je me suis coupée 25 cm de cheveux  qui sont redevenus blonds ce qui n’était pas arrivé depuis 4 ans, j’ai croisé une fille que j’avais connue jeune maman et qui est aujourd’hui pleine de rides, un copain de collègue vu sur Facebook a les cheveux gris et je n’ai jamais aimé les chiffres pairs.

Cette énumération vous semble complètement débile?

C’est normal. Pour comprendre il faut souffrir du syndrome névrotique de la Déprime Constante du Temps qui Passe. Généralement, elle touche les vieux. Mais comme disent les adultes attardés qui pensent qu’ils restent jeunes tant qu’ils portent du orange et écoutent des live de Police (les vieux quoi): « Etre jeune c’est avant tout dans la tête! ». Donc, potentiellement, ça peut toucher tout le monde. Et dans chez les cas extrême (votre serviteuse), la peur d’être vieux un jour, peut commencer… dès l’enfance.  Vers 7 ans dans mon cas. (Jeunes parents soyez prévenus: vos bambins peuvent vous saouler de déprimes métaphysiques d’ici peu!)

Bullshit. Etre jeune, c’est pas un état d’esprit, c’est un âge. Ca passe et vite.

Etre jeune, c’est n’être pas pris au sérieux. C’est rire fort en agaçant les gens autour et penser « qu’ils sont vieux et chiants! ». C’est rentrer dans un bar et le trouver ringard s’il y a plus de 10% de trentenaires, c’est ne pas croire que nos actions ont des conséquences, c’est trouver le reste du monde tellement nul et calme et vouloir tout éclater et toujours s’éclater, c’est mépriser le mode de vie de ses aînés et être convaincu qu’on va réussir, nous, à inventer un autre type de vie auquel personne avant nous n’avait pensé, parce qu’on est génial et JEUNE. C’est avoir des potes toujours libres au dernier moment et ne pas se mettre à la place de nos parents parce que, pfff, c’est bon quoi, ils ont pas besoin de moi koi!

Bref, c’est être égoïste, irresponsable et avoir la foi. Remarque, vu comme ça, moi, ma vie professionnelle précaire, ma vie sentimentale délitée, mon absence d’engagement perpétuelle (au point qu’une copine m’a argumenté quand j’ai envisagé de me faire tatouer : « toi qui n’arrives pas à prendre un billet de train 8 jours en avance sans te sentir prisonnière, un truc indélébile sur le pied, tu vas le regretter en 48 heures »)(touché)… j’ai quel âge? Je suis jeune? Plutôt jeune? Encore jeune?? Assez jeune?

Non, je vois ce que vous vous dites, mais vous vous trompez: je ne suis pas en train de faire ma Bridget Jones. Je ne fantasme toujours pas sur une stabilité stable et un crédit et je hais toujours les chiens. C’est que, depuis toujours, j’angoisse de voir les autres se poser. Se stabiliser. Signer des contrats. Investir dans des trucs à plus de 3 zéros.

Je ne fais même pas un coup de « Ah, je n’en suis que là! Moi qui croyais qu’à 25 ans j’en serais déjà tellement plus loin » etc… Je n’imaginais pas ma vie comme ça, mais pas diamétralement opposée non plus. D’ailleurs, j’ai retrouvé il y a quelques mois un texte écrit à 12 ans. J’imaginais une soirée lambda (lambda mais qui me semblait méga coool !!!) de ma vie 15 ans après. Mon fantasme de la maturité de la vie de grande fille autonome: un dîner dans un resto italien avec une bande de potes buvant du rouge et moi portant une chemise blanche et une veste en cuir. Eh ouais. Rock’n’roll baby. J’étais trop une gue-din à 12 ans.

Non, la vérité, c’est qu’on devient vieux A CAUSE DES AUTRES. On devient vieux parce que nos amis nous renvoient une image qui ne correspond pas à ce qu’on voit de nous-mêmes. Parce que, soi-même, on ne se voit pas vieillir continuellement. Un jour, le chrono s’arrête. Les années passent, mais mentalement, on reste bloqué à 10, 24, 38 ans. L’avancée objective du calendrier n’est qu’une sorte de bug parasite qu’on fait exprès d’ignorer. Par exemple, on père, né en 1950, pense avoir 40 ans.

On met longtemps à être bien dans son âge. On fait trop jeune, trop vieux, on se sent décalé, en retard, frustré. Et un jour, soudain, la carte d’identité correspond à l’idée, au mental et à notre l’état de notre peau. On nous demande notre âge, on répond, et pas de soucis, ça colle. Mais ça ne dure pas longtemps. Ensuite, la vie, la souffrance, les envies, les déceptions, les aléas, les colorations Movida et les clopes au petit déj rendent votre épiderme flasque et votre regard plus profond. Mais à l’intérieur, vous restez à l’âge qui vous allait bien et du coup vous mentez malgré vous.

Je peux me permettre de vous demander votre âge madame? -Bien sûr mon mignon: 29 ans!

Chez moi, je crois que ça va être 25. Pour l’instant il ne sont pas trop loin, donc le mensonge inconscient peut encore passer. C’est pas pour me rajeunir, hein, c’est juste un bug.

Ce qui m’agace, c’est que plus les années passent, plus on attend de vous que vous soyez mature, autonome, exemplaire , successful et beau. Plus le temps passe plus on devrait être riche ou -au moins- ambitieux.  Ce qui mathématiquement est compliqué, vu que le temps passe pour tout le monde et qu’il n’y a pas une quantité exponentielle de richesse sur terre.

Plus le temps passe plus on devrait être beau. Et là, évidemment, l’injustice homme/femme et tous les clichés du monde nous guettent avec l’habituel laïus: les hommes en vieillissant se bonifieraient, embelliraient, seraient tous George Clooney. Parce que le mâââle, sa beauté vient de sa sagesse et de sa solide épaule et de ses rides qui montrent qu’il en a tant vécu et pourra ainsi toujours réconforter la petite libellule gracile que nous sommes.

Genre, lui, pour nous, La Femme, c’est un peu Eva Mendès.

Mais La Femme, elle, est soumise à une équation plus complexe: plus le temps passe, plus elle devrait rester jeune. Le temps et la vie devraient glisser sur elle comme un délicat ruisseau qui ne fait pas de vague. Ne point marquer sa peau ni la tenue de ses seins. Relisez donc les commentaires, venus des deux sexes, au moment du débat sur le Madame/Mademoiselle. La question était de ne pas devoir exposer son statut marital aux admisnistrations pour affirmer officiellement l’indépendance. C’est devenu: « Oh mais faudrait mieux appeler toutes les femmes « mademoiselle »! C’est plus joli, plus doux. Madame, ça fait maman, ça fait matronne, ça fait vieille, ça fait moche. »

La femme doit rester jeune et donc inexpérimentée. Ainsi elle ne fait pas peur, ne fait pas d’ombre. Jeune, on ne te prend pas au sérieux. Tes erreurs sont imputées à ton jeune âge. Elles sont migonnes. Si tu es con, c’est excusable. Femme + jeune = redondance.

Eh ben, c’est un peu facile, je trouve. De tout pardonner à certains selon un critère flou. On est jeune jusqu’à quoi? à quand? Et où? Parce que, quand j’étaits au Viet Nam il y a quelques mois, et que mon Epoux de Voyage, qui a presque 30 ans, expliquait aux habitant de ce pays où 75% de la population a moins de 25 ans: « Non, on a pas d’enfant, on est jeunes, on a le temps », je vous jure qu’on nous regardait comme si on était barges.

Le problème, c’est que la société évolue plus vite que nos cerveaux. Nos parents étaient mariés et parents à 25 ans, ils ont gardé le même boulot pendant plus de 30 ans, et nous, on reste coincé là-dedans. On cherche à réinventer les modèles, on sait qu’on peut changer de vie, de carrière, recomposer nos familles et nos envies à n’importe quel âge, on le sait… mais on ne l’intègre pas vraiment. Reste tout de même un sentiment d’échec de se réorienter après trente ans, à n’être pas en couple, à n’être pas propriétaire. Il y a une urgence et une pression de la construction (personnelle, immobilière…) qui nous entoure, et on n’y peut rien. A part revendiquer, se battre, et, les mauvais jours, se sentir battu et looser.

Pour la première année, là, pour mes 28 ans, quand j’ai dit mon âge, des potes m’ont répondu « Ca va encore ». Quand le serveur m’a demandé mon âge, j’ai répondu la vérité et une pote lui a dit: « Dites lui qu’elle ne les fait pas! ». Une autre m’a souhaité « joyeux 22 ans », comme si le mensonge allait m’éviter une grave dépression sur l’état de mon existence. Puis, j’ai demandé à mon père s’il voulait bien m’offrir mes billets de train pour venir le voir dans le sud. Il m’a répondu « Ca fera pour ton anniversaire ». Parce qu’à mon grand âge, je suis censée être une adulte autonome qui peut se payer sans sourciller un Paris/Avignon à 200 euro.

Moralité: je crois que toute cette énergie qu’on met à se construire, à se battre, à s’améliorer, à gagner, tout cet argent qu’on claque en crème liftante, en projet immobilier, en investissement « d’adulte », on devrait plutôt l’employer à faire une révolution qui obligerait la SNCF à baisser ses tarifs.

Publicités

2 réflexions sur “« Ca fera pour ton anniversaire »

  1. Je te voue un amour fou tellement ça me parle. D’autant plus que les 28 ans, c’est pour bientôt. ^_^
    Concernant l’image que devraient avoir la femme et l’homme dans la société patriarcale dans laquelle on vit, je pondrais bien un article sur le sujet. Surtout quand des raisons personnelles me poussent à le faire.
    Et puis c’est vrai, ça, quand on approche des 30 ans, on devrait être marié/avoir des enfants/avoir un vrai métier (moi aussi je suis précaire, big up, Lady !) et être pété de thunes. La réalité est bien plus complexe et comme dit, la société évolue plus vite que nos cerveaux.
    Ah, j’adore ce billet !

    1. Tu vas voir, c’est un âge merveilleux. Le premier jour de ma 29eme année, j’ai arpenté un stade de grande banlieue sous la pluie en faisant rire Benoît Hamon (true story). Autant dire que c’est l’âge précis où les astres nous ouvrent la voie de tous les bonheurs possibles.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s