« … bloquer le curseur de la tolérance… »

Je ne vous cacherai pas mes amis que, moi qui m’intéresse un peu aux questions de genres (si si), d’égalité des sexes, d’égalité entre les êtres humains quels qu’ils soient, d’abolition les vieux systèmes d’oppression réducteurs et autres détails de l’humanité , je suis un peu inquiète totalement désespérée des derniers temps.

Déjà que les résultats du premier tour de l’élection présidentielle m’avaient fait bien mal au Q (rappelez-vous: mon post le plus émouvant de l’histoire de ce blog) et que j’ai toujours du mal à admettre que je doive coexister avec ces 44 % de votants qui soutiennent Le Pen et Buisson, déjà que je m’insurge  beaucoup et souvent contre ces racismes courants, contre le machisme quotidien… Argh! Voilà maintenant qu’on braque les projecteurs sur l’homophobie obscurantiste?!

Non mais pitié, les gens! Arrêtez un peu! L’enchaînement de citations abjectes, de violence gratuite, de propos moyenâgeux, d’études mensongères, de désinformations, de discours moralisateurs gerbants, de bigoterie pathétique, d’étalage de valeurs pétainistes… ça va trop vite, là! J’ai même pas le temps de m’énerver comme il se doit! Ca fuse ça fuse! J’en reviens à mon quota d’une indignation à hurler toutes les deux heures. C’était le score que j’atteignais quand Hortefeux et Guéant trônaient au gouvernement. Alors, s’il vous plaît, freinons!

Enfin, ma chère Patrie, c’est quoi ton problème?

Vous êtes catholique et Dieu a dit « s’enculer c’est péché »? Tout vient de là?

Bon, alors, déjà, je voudrais que vous me donniez vos sources précises. Heure, date, lieu de la conférence de presse où votre Grand Shtrouphf aurait déclaré ça. Tel St Thomas, je ne crois que ce que je vois (sur YouTube). Et puis même si enfin, soit -qu’il l’ait dit ou pas- vous, vous pensez ça:
-primo, je dirais, c’est ballot, vous savez pas ce que vous manquez.
-deuxio, plus sérieusement: ok, pensez ce que vous voulez. Mais vu qu’on débat en ce moment sur le mariage civil, je ne vois pas trop en quoi ça vous concerne! Vous vous irez au Paradis puisque vous serez restés sagement en missionnaire hétéro. Les gouines et les tarlouzes iront rôtir en Enfer. Mais tant qu’ils sont sur Terre, ils auront eu le droit d’avoir les mêmes droits que n’importe qui: d’être en couple, de déclarer leurs impôts ensemble, d’hériter, de s’engueuler chez Ikea et autres trucs super fun à quoi sert le mariage.

Tout à l’heure dans La tête au carré sur France Inter une sociologue expliquait pourquoi on avait un jour créé le mariage (je paraphrase): pour que les femmes ne se fassent plus baiser la gueule quand elle tombait enceinte d’un con.

Parce qu’avant le mariage, si l’homme ne reconnaissait pas l’enfant, la demoiselle se retrouver paria et sans ressource (vu qu’elle n’avait pas le droit de travailler sans l’accord d’un homme). Donc on légitime le couple devant l’Etat et quand Madame accouche, hop, Monsieur est le père, il ne peut pas se défiler. Les tests de paternité en dehors du mariage étaient alors interdits.

De façon même plus vaste, si on a instauré le mariage, c’est de toute façon bien pour ça au départ: que l’homme puisse s’assurer que son gamin est bien son gamin. C’est notre bel héritage royaliste: le monde du mâle s’écroulerait si son héritier mâle portait en fait l’ADN du facteur. Donc on gardait la femme à la maison, voire avec une ceinture de chasteté dans les périodes les plus women-friendly, et on avait le droit de la battre à mort si elle couchait ailleurs, tout ça pour être sûr de sûr que Kevin était bien la chair de notre chair et qu’on allait pas apprendre à jouer au foot au fils du voisin.

Bref on a empêché aussi longtemps que possible les femmes d’avoir leur mot à dire et de prendre leur pied pour rassurer Monsieur. Et puis on les a protégées les pauvrettes de la honte et de la vindicte populaire des sociétés hypocrites. (Parce que Monsieur le Mari, lui il pouvait bien aller baiser à tout va. Mais comme les femmes mariées, c’était péché, restaient les gamines… qui se retrouvaient filles-mères, et ainsi de suite…)

Bon. Sauf qu’aujourd’hui, comme Rachida Dati et comme chantait ce bon JJ Goldman (il y a 25 ans déjà): les femmes peuvent se débrouiller seule. (Il paraîtrait même qu’il existerait quelques spécimens vivants de père-célibataire. Mais comme le yéti, nous n’avons pas de preuves vraiment nettes).

Donc le mariage civil n’est plus une histoire relié à la parentalité ! Le mariage est une histoire d’arrangement fiscaux et administratifs. Et une histoire d’amour, aussi accessoirement. Et, ça, mariage ou pas, tous les jours, des hommes tombent amoureux d’autres hommes, ils rigolent, ils baisent, ils vont au ciné, ils regardent la télé et ils achètent des trucs inutiles pour aider la croissance du PIB, ils se disent des mots d’amour gnangnan et rêvent de s’endetter sur 25 ans. Homo ou pas, un couple amoureux est aussi chiant, agaçant, exclusif, unique et incompréhensible qu’un autre. Toutes les manifs réac, religieuses ou fachos n’y peuvent rien: il y a bel et bien des gens du même sexe qui s’aiment. Et même que c’est légal. Truc de ouf.

En vrai, je m’étais dit que je n’écrirai pas sur le sujet parce que tout a été dit par Virgnie Despentes dans Têtu et que je suis incapable de faire aussi bien qu’elle.

« A quel moment de l’Histoire doit-on arrêter le curseur de la tolérance? ». Tout est est résumé je crois dans cette question magnifique.

 

Finalement, bordel de nom!, sous une forme ou une autre, ce sont toujours les mêmes problèment qui reviennent: le fantasme d’une France « à l’ancienne » ambiance Vichy, une France digne des Choristes, avec des blancs solidaires, bourrus et moustachus, des femmes qui élèvent les marmots et préparent la blanquette pour midi pile, des gamins qui chantent des airs catho stridents et une famille d’étranger pas intégrée dans le village mais qu’on stigmatise en les trouvant « braves et travailleurs » »pour des étrangers ».

Bref une partie des habitants de mon pays descend dans la rue, énervée, violente, ulcérée, outrée, décomplexée pour défendre sa France des années 50, pittoresque comme un téléfilm avec Jugnot et Kad Merad.

Ah les années 50!

Qu’on était bien, là, tranquilles entre couilles, avec nos colonies maghrébines bien calmes, nos production 100% locales, nos 2 CV, nos philosophes existentialistes! Ah les Trente Glorieuses! Ah, notre IV eme république pas du tout branlante qui changeait de chef de gouvernement tous les dix jours! Ah les débuts de la Guerre Froide ronronnants au loin et la guerre de Corée! C’était beau.

Les PD étaient déjà là (ils sont là depuis toujours, comme les extra-terrestres – même qu’ils ont « provoqué la chute de l’Empire Romain » dixit Serge Dassault) mais ils avaient le bon goût d’être discrets. Discrets au point d’épouser des femmes pour qu’on leur foute la paix. Génial, du coup on pouvait passer notre vie à être frustrés et malheureux… mais tous se retrouver au Paradis, youhou!

(Ouais, gloire à notre Patrie, je déclare une journée spéciale chanson terroir!)

Bon, c’est vrai que moi, j’ai grandi dans le Marais et la majorité de mes amis sont intermittents… alors dans ma vie quotidienne,  je vous assure que les hommes hétéros sont plus minoritaires et opprimés que les homo. Ils ne peuvent pas se balader dans le Marais en débardeur orange sans se prendre des oeillades gênantes au Q. Ils ne peuvent pas écouter Mylène Farmer sans se faire vanner. Ils sont forcés de regarder du foot pour conserver le respect de leurs collègues. Ne ricanez pas, c’est très compliqué d’être un homme hétéro aujourd’hui.

Depuis quinze jours, on se rend aussi bien compte de comme c’est compliqué d’être homo dans notre pays pourtant soit-disant éclairé.  Pour un homme comme pour une femme. Les lesbiennes aussi s’en prennent plein la gueule, hein. La sexualité sans un mec, sans un phallus, sans dominateur poilu, ça fait pas sérieux! Ca compte pas! Une fille qui devient lesbienne, soit c’est de la provoc, soit c’est pour exciter les mecs… ou bien c’est qu’elle a un chagrin d’amour! Elle est énervée contre les hommes alors elle se venge en allant se balader chez les harpies misandres! Mais ce n’est certainement une simple préférence sexuelle libre.

Donc si je résume, c’est dur d’être:
– un homme homo
– un homme hétéro
– une femme homo
– une femme hétéro (ça je développe pas ici, hein, on le sait)
– un/une bi (forcément)
– un/une trans
– un/une asexuel-le

Hum.
Ca concerne pas mal de monde du coup…
Alors je sais pas, hein, je propose: et si on arrêtait de tous se faire chier avec des schémas de genres archaïques et inégalitaires et qu’on se laissait libres de vivre notre sexualité comme on veut?

Et puis, M. Hollande, arrêtez donc vos précautions à la con de « clause de conscience » ou je sais quoi! L’Espagne catholique ne s’est pas effondrée en légalisant le mariage pour tous, les autres pays non plus. Alors respectez vos engagements de campagne: celui ci est facile à mettre en place, plus crédible que « la moralisation du système économique », il fera plaisir à 61% des Français, il relancera la consommation de dragées, chapeaux ringards et pains surprises, et je pourrai écrire un article fun et léger sur « la journée idéale selon l’homme lambda »(j’ai trouvé des sondages en or!). Bref, avançons!

Publicités

3 réflexions sur “« … bloquer le curseur de la tolérance… »

  1. Tu m’avais habitué à plus d’argumentation et d’objectivité dans tes articles. Pourquoi n’évoques-tu pas le droit à l’adoption ? Il est là le réel enjeu des manifestations, car la majorité des gens qui ont manifesté le samedi 17 (dont je fais partie) ne sont ni réactionnaires, religieux ou fachos (je te cite), et ni homophobes (y en a marre d’être taxé d’homophobe sous prétexte qu’on est contre le mariage et/ou le droit à l’adoption par les couples homos), et la plupart serait d’accord pour accorder le mariage aux couples homos.

    1. Ah voilà qu’on se tutoie du coup. C’est bien, les désaccords rapprochent hé hé.

      Eh bien alors dis moi, en quoi la question de l’adoption change le débat. Pour moi c’est une même question d’égalité des droits et des êtres. Je ne vois pas en quoi les hétérosexuels auraient de merveilleuses qualités d’éducateurs que les homos que les homos n’auraient pas.
      J’ai même tendance à penser qu’un couple qui se bât des années pour adopter ou suit des parcours du combattant en aide médicale fera un couple de parents heureux, attentifs, aimants et réfléchis autour d’un enfant très fortement désiré.
      Donc à part pour des critères religieux (obscurantistes à mes yeux – mais on sait que je suis une sale païenne) genre « l’Homme et la Femme, Adam et Eve, faire l’amour pour procréer dans les liens sacrés du mariage, etc… » je ne vois aucun argument valable. Et je n’ai pas entendu jusqu’ici d’argument ‘anti’ qui ne soit pas homophobe…

      Ceci dit, je te laisse la parole avec plaisir voire curiosité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s