« Franchement, tape-toi un modèle suédois! »

Au coeur de ce samedi de dépression, je me tourne vers l’internet pour essayer de combler cet étrange sentiment qui m’étreint d’être seule au monde (non pas que je compte sur vous pour me remonter le moral, je sais que vous n’existez pas, mais j’espère qu’écrire un article drôle me redonnera espoir et légèreté)(onanisme).

festen-1998-09-g

C’est dommage, si j’avais écrit un autre jour de la semaine, j’aurais probablement clamé que le monde était d’une richesse prodigieuse et que la vie était un labyrinthe tout à fait passionnant. *

Mais j’ai réussi un de mes coups classiques: réussir à me flinguer le moral toute seule quand tout allait bien par de petites actions quotidiennes relevant au mieux de la niaiserie, au pire du simple masochisme. Ces petits actes arrivent souvent le week end quand les gens normaux vont se saouler la gueule avec leurs amis et rouler des pelles à des inconnus (moi je ne fais ça qu’en semaine)(ah le free lance!)

Par exemple tout à l’heure, j’ai décidé de prendre ma vie en main en allant acheter des ampoules, histoire de remplacer celles qui ont sauté il y a trois mois (ce qui m’oblige chaque matin à ramper le portable entre les dents dans mon dressing). M’est apparu comme une idée vraiment super géniale d’aller au supermarché à 16 h un samedi, croyant sincèrement que le Super-Carouf géant serait calme par une si belle journée neigeuse.

2 heures plus tard, congelée et désespérée par l’espèce humaine, je manquais m’électrocuter puis m’entailler la main avant d’admettre que non, cette grosse ampoule à vis ne rentrerait jamais dans ce putain de culot à baïonnette.

Autre exemple: dimanche dernier, de fort joyeuse humeur, je décide de me réserver une petite soirée pépère chez moi parce que j’ai été par monts-zé-par-vaux depuis quelques temps et que un peu de calme-Home-Sweet-Home, c’est bien (selon Cosmo).

Programme sexy-pilou: un bon DVD et un petit plat maison.

J’aurais pu regarder une gentille comédie qui met du baume au coeur en engloutissant un plat régressif riche en lipides. Mais parfois mes décisions sont prises en dehors de ma conscience raisonnée et il est déjà trop tard quand je comprends dans quoi je me suis fourrée: de mon plein gré, me voilà en train de manger du chou-fleur bouilli devant Festen.

1h40 d’incestes danois plus tard, mon appart pue le chou et j’ai le moral détruit quant à l’utilité de l’espèce humaine.

Capture d’écran 2013-02-23 à 19.12.16

Pour parfaire ma soirée scandinave, je plonge alors jusqu’à l’écoeurement dans une boîte de biscuits Ikea et je mets à hacker la vie virtuelle d’un beau danois que j’ai rencontré récemment.
Je décortique les évents Facebook auxquels il est « attending », faisant défiler 146 photos de grand-e-s blond-e-s athlétiques en smoking (oui, en smoking. Comme dans Festen. Brrrr) que je ne connais pas.
J’en viens à décrypter tous des commentaires en suédois de tous ces vikings 2.0.
Lorsque j’en suis à répéter après la dame de google-traduction la prononciation phonétique du mystérieux alphabet scandinave (les fameux o barrés qu’on voit dans Astérix et les vikings), je sais déjà que j’ai touché le fond.

a67b

 

J’ai tout de même appris un truc marrant sur le Danemark  (mis à part que la fête principale de l’année a lieu chaque année… le jour de mon anniversaire (Est-ce un signe? Dois-je tout plaquer pour m’installer sur un îlot glacial parmi les élans aux airelles?).

Voici venu l’instant Trivial Pursuit:

Que dit-on pour trinquer au pays de la Petit Sirène?

– On dit Skål (prononcez « skol »).

Et que veut dire Skål?

– Skål = en anglais skull = en français crâne.

Et pourquoi donc qu’on dit pas aimablement « santé » comme dans les pays civilisés?

– Parce que, comme le savent ceux qui ont révisé Astérix chez les Vikings (ma Bible en matière de différences socio-culturelles), leurs glorieux ancêtres, après une belle tuerie, fêtaient leurs victoires en buvant… dans les crânes de leurs ennemies!

Je ne sais pas précisément comment, s’ils arrachaient la mâchoire inférieure, s’ils les trépanaient, s’ils ôtaient direct la peau ou s’ils attendaient que les parties molles de l’ennemie se décomposent, mais bref, à la fin de la bataille, les vikings trinquaient joyeusement dans leurs mugs tout neufs et 100% écolo ! Skål!

11093

Bon à part ça, on va continuer à parler un peu du Danemark, histoire que je puisse caler les merveilleuses photos que vient de m’offrir google-images quand j’ai tapé « casque viking ».

Donc parlons un peu de cette étonnante partie de l’Europe, finalement trop méconnue et honteusement absente de la ligne éditoriale de ce blog qu’est la Scandinavie.

Je réponds d’abord aux plus pointilleux: en effet, la Scandinavie stricto sensu ne comprend que la Suède et la Norvège. Mais communément, on y intègre aussi le Danemark, ainsi que la Finlande,  formant alors un combo nommé Fennoscandie – si si- (voire carrément l’Islande et les îles Féroé, mais ça on n’en parlera pas ici en raison d’une histoire que j’ai eu avec un mec qui avait bossé en Islande et qui s’est comporté comme un connard).

La Scandinavie donc, région froide et peu peuplée du nord de l’Europe offre une imagerie pleine de clichés et de fantasmes aux connasses parisiennes: aurores boréales, forêts de sapins sans fin sur laquelle la neige choit sans déranger les élans assoupis, cabane cosy au bord d’un lac où on reste enfermés à lire Stieg Larson en mangeant des boulettes de viande Ikea, maison du Père Noël, saumon bio péché à la main par un beau viking au nom imprononçable…

set-perruque-et-moustache

 

De plus, la Scandinavie est censée être ce havre de paix et d’égalité qui fait fantasmer les peuplades arriérées du Sud de l’Europe. Chez nous, c’est dette publique, crise monétaire, sauvetage de la dernière chance, plans sociaux, privatisation de la santé, précarisation de l’emploi, réformes éducatives qui ne modifient en rien les inégalités du système, sexisme ordinaire, lasagnes de cheval, pesticide, immobilier hors-de-prix, eaux polluées, déforestation, jouets made in China et compter une journée entière pour acheter 2 abats-jours chez Ikea.

Alors que voilà, les Scandinaves, ils sont beaux, ils sont sains, ils sont forts, ils sont équitables, ils sont justes, ils sont égaux, pour de vrai. Alors les politiques publiques de chez nous veulent toujours prendre exemple sur eux, vous avez remarqué? On ne le fait jamais, mais on l’entend souvent: « Il faudrait s’inspirer du modèle suédois »

Capture d’écran 2013-02-23 à 19.11.42

En vrai, je n’ai pas d’opinion sur le modèle scandinave. J’y ai jamais mis les pieds, je voulais juste trouver un moyen de caser cette photo de fausse moustache.

Ah si, tout de même,  j’ai côtoyé (=partagé une chambre avec) deux scandinaves dans ma vie.

Je leur ai demandé si alors c’était vrai que chez eux c’était tellement trop de la balle et si oui, alors qu’est-ce qu’ils foutaient si loin de chez eux (un en France, un au Laos):

– le norvégien m’a répondu franchement: il m’a longuement expliqué en quoi le Norvège était totalement un pays de dépressifs parano, détestant les étrangers et fuyant tout contact humain et tout changement, un pays aussi sombre que les bouquins et les films le laissent imaginer et qu’une fois qu’on avait découvert à quoi ressemblait le reste du monde, qu’on avait goûté à la liberté du Sud de l’Europe, il n’y avait aucune raison de s’infliger un hiver à Oslo,  à part si vraiment on cherche une raison de se suicider.

– l’autre, le danois m’a affirmé que son pays était très sympa, tellement égalitaire, tellement juste et que les gens y étaient parfaitement sains et heureux. Il travaille dans un hôpital psychiatrique.

8493107-enfant-avec-le-casque-viking-isole-sur-fond-blanc-kid-attitude-agressive-punch-camera

********************************************

* les raisons pour lesquelles le monde m’a semblé intéressant cette semaine sont majoritairement très narcissiques donc je vous épargne le détail. Néanmoins l’une de l’est pas et je me réjouis de partager avec ceux qui ne connaissent pas le lien de l’extraordinaire, unique, fascinant, chamboulant, renversant, désarmant, brillant spectacle de Franck Lepage: Inculture(s) 1.

Apparemment certains de mes proches connaissent depuis des années les oeuvres -dites « conférences gesticulées« – de ce monsieur. Et ces salauds ne m’en avaient jamais parlées! Je ne suis pas une salope, moi, donc je partage.

Je vous préviens: ça dure 2h 17min 59 sec. Qui passent sans qu’on s’en rende compte, donc annulez votre dîner chez Tatie Jackie ou vous allez être très à la bourre.

Je vous préviens: ça fout une énorme claque (surtout si vous vous intéressez aux sujets genre la Culture, la Société, l’Egalité, la Démocratie, les Media, l’Education, le Parapente)

Allez, tenez, un petit extrait parce que sinon vous allez croire que je vous refile un lien vaguement intello-relou et vous ne ferez même pas l’effort de cliquer (ne niez pas: je SAIS)

Si vous n’en avez pas assez, il y a aussi Inculture(s) 2.

Je n’en dis pas plus parce que j’attends d’avoir un peu avancé dans l’abîme de réflexion qui s’est récemment ouvert devant moi pour faire un article à peu près intelligent. D’ici là, j’aurais fini de lire Le Profit avant l’homme de Chomsky et de trouver les citations les plus flippantes de  1984.

Alors, je vous parlerai de notre merveilleux système démocratique, de la langue de bois, de l’Histoire des fonctionnements de l’état français et de comment un jour, immanquablement, les 99% de la population qui se font constamment baiser parviendront à remettre le Monde à l’endroit.

Mais pour ce soir, excusez-moi, je vais me contenter de me la kiffer en savourant des navets bouillis et un petit Lars Von Trier.

Publicités

3 réflexions sur “« Franchement, tape-toi un modèle suédois! »

  1. merci dear Lady pour ces confidences ,ma foi, désespérées et drôlatiques; on s’est rejointes sur le chou-fleur bouilli, pour ma part, mâchonné en rampant par terre à côté de mon chat mourant pour être à son niveau! régression, quand tu nous tiens! et quand élégamment, la question s’est posée sur la pointe de ses petits pieds tout frais: « est-ce bien raisonnable? » la vieille punk en moi a scandé férocement sans faillir: Fuck, fuck, fuck, fuck, fuck, fuck et je vous laisse imaginer la suite de ce texte élaboré… Sûrement, encore de la libido refoulée; après ce ping-pong amical et dominical, je vais éteindre ma machine (j y étais, car en attente d’un mail d’un homme dont je suis amoureuse depuis 4 jours mais qui ravage mon pauvre esprit parfois très infantile), et, entrer dans le silence de ce jour guidée par Sri Ramana Maharsi , afin de savoir accueillir avec sérénité les joies et déboires que la vie nous réserve;
    Et que le Soleil s’en mêle!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s