Ca s’appelle se casser la gueule, littéralement.

Okay. Je crois qu’il y a eu un malentendu. Quand j’ai raconté que j’arrêtais de parler de politique, (de parler hein, j’insiste. Pas d’abandonner toute vision du monde ou de m’abonner à Libé), il s’agissait d’arrêter les discussions pleines de poncifs sur des détails pour épargner mon rythme cardiaque et mieux choisir mes colères (et accessoirement mater peinarde moult clips de Joe Dassin, mais c’est une autre histoire). Un petit choix perso, bien que raconté ici pour le plaisir. Or, j’ai sous-estimé gravement l’impact de ma parole. Je n’avais pas imaginé que, me suivant aveuglement, toute la Nation Française n’en aurait plus rien à battre de rien, mis à  part trois moustachus de Sud rail et François Ruffin.

Hum. Alors. Si ne pas parler politique quand 70 millions de personnes commentaient les costards de Fillon et les derniers soubresauts du PS, avait un charme certain, si soudain c’est pour faire comme tout le monde, merci bien, j’ai un degré de snobisme à respecter.
Donc, okay, les gens. J’arrête d’avoir arrêté.


Lire la suite « Ca s’appelle se casser la gueule, littéralement. »

Publicités