« Alors, tu te sens toujours aussi imposteur? »

Chers (trois)  lecteurs,

Je reconnais que ça fait un temps certain que je ne vous ai pas éclairé sur les drames du monde contemporain et les turpitudes de ma propre existence. Je m’en excuse mais voilà: j’ai rencontré l’homme idéal, nous avons eu des jumeaux qui enchantent chaque seconde de mon quotidien. Et puis j’ai signé un CDI dans une entreprise juste et solidaire où je suis payée 20% de plus que tous mes collègues hommes juste parce que j’ai des gros seins. Alors bon, j’ai bien entendu vaguement de loin (depuis mon jacuzzi) qu’il y avait, de ci de là quelques menus détails pas tout à fait roses pour le reste de l’humanité – (= John m’a raconté, en me resservant un verre de Bourgogne Alligoté l’autre soir, des histoires d’attentats ou que-sais-je comment on nomme tout ce marasme « Come on darling please! (John est californien) I’m so tired- Je n’ai pas la force d’écouter cela! Et franchement: qu’est-ce que ça peut bien me foutre? »)

Bon sérieusement pas d’inquiétude: ma vie professionnelle est toujours un vaste WTF. Ma vie sentimentale un distrayant chaos. Et je n’ai même plus d’appart. On a tout ce qui faut pour faire des articles d’autodérision à gogo et l’actualité a le bon goût de nous offrir d’inépuisables sujets de colères. A l’instant même j’entends « 3 millions et demi de chômeurs. Manuel Valls déclare qu’il sera difficile de créer des emplois tant que la France n’aura pas une croissance de 1,5%. »

Face à tant de bêtise, je tiens à dédier cet article aux êtres faibles, merveilleux, poétiques, mais qui n’ont malheureusement aucun accès aux mass-media pour se faire connaître, j’ai nommé: les dragons de mer.

Dragon_de_mer-Phyllopteryx_taeniolatus

Voilà pour la beauté.
Lire la suite « « Alors, tu te sens toujours aussi imposteur? » »

Publicités

« Il faudrait faire la grève du monde ! « 

Je crois qu’il est temps que je fasse ici mon coming out professionnel: chers lecteurs/lectrices voilà… je suis intermittente du spectacle.

202-anarchopanda-02

Ce qui n’est pas un métier rappelons-le. Mais officiellement, donc, aux yeux de l’Etat je suis chômeuse. Non seulement chômeuse, mais de cette particulière sale niche de nantis profiteurs qui ne foutent rien à part, genre pisser sur scène à Avignon en hurlant des textes en flamand. J’ai écrit ce blog sans jamais dire ce que je faisais dans la vie (hormis me ridiculiser dans diverses situations). Sans doute que c’était parce que j’aimais bien que cet espace virtuel soit non seulement anonyme mais aussi distancié de ma fort prenante vie professionnelle.
Lire la suite « « Il faudrait faire la grève du monde ! « « 

« Le problème, c’est l’ego »

(Faire un article de blog sur l’ego, est-ce déjà en soi un paradoxe insoluble?)

Alors 4 mois sans écrire ici. Je suis un peu rouillée. Je suis pas sûre de savoir encore faire. Mais ce post étant une tentative (paradoxale donc) d’écrire contre l’envie de succès, sans doute qu’un échec sera en fait une réussite. Ca risque d’être encore plus confus que d’habitude, vraiment, je comprendrais que vous ne cliquiez pas pour lire la suite. Je dis non à l’efficacité. Non à la bonne blague. Non au productivisme de l’argumentaire bien construit. A la place je dis oui au tâtonnement, aux ratures qui s’assument . Oui à l’humilité en somme. Non au jugement, aux affirmations. tiens d’ailleurs je vais peut-être ne plus mettre que des points d’interrogations? C’est que je me suis engagée sur une route inconnue et fort broussailleuse et tout à fait à contre-courant de l’époque: la mystérieuse voie de la destruction de l’ego.

WTF?

Toi, cette pauvre écrivante narcissique qui donnes ton avis sur n’importe quoi avec l’arrogance d’un Finkelkraut alors que t’es même pas à l’Académie Française?!

Ca c’était avant. Après, je suis partie en Inde. (et à Hénin-Beaumont, mais c’est une autre histoire).

INDIA-10005NF4
Lire la suite « « Le problème, c’est l’ego » »

« T’en n’as pas marre de tout politiser? »…

… s’est exclamé ma soeur le soir de Noël alors que je m’étais lancée (sans trop savoir moi-même pourquoi ni comment) sur une diatribe contre les normes européennes en réponse à une vieille anecdote sur un copain de mon frère qui, dans les années 80, s’était déchiré la joue en se la prenant dans une poignée de porte alors qu’il courait bouche ouverte.  (Ce copain perdu de vue est une légende dans ma famille).

Alors, oui, c’est vrai, je peux pas nier: je politise tout. Et si, sans doute, j’étais déjà sur cette pente depuis un certain temps, 2013 aura été assurément l’année où j’aurai pris le forfait illimité du domaine des Trois-Vallées. Je  ne dis pas que c’est super mais je n’y peux plus rien, les alarmes sonnent dans mon cerveau même quand je fais autre chose. Exemple 26 décembre, 20h03, vautrée en pilou devant la cheminée de Mamie et avec une vague et classique nausée, je feuillette mollement un magazine quelconque (ou plus précisément: je feuillette mollement un magazine probablement exaspérant et contraire à pleins de mes convictions, mais la nausée empirant à chaque fois que ma grand-mère me répète « tu remporteras le foie-gras », je me contente de tourner les pages en pensant à autre chose) quand soudain…

I Believe I can…
Lire la suite « « T’en n’as pas marre de tout politiser? »… »

« Y a rien à comprendre »

Hier quelqu’un de très intelligent m’a dit « T’as le droit d’écrire même si tu n’es pas énervée, même si tu n’as rien à défendre, même si tu ne veux pas convaincre ». Alors pour la peine, tiens, je vais essayer, ce sera un peu inédit.

I+don+t+understand+why+people+get+ridiculed+for+not+using+_ee5ad0e6b6c444f7cc39790eb2ba202c
Mon état de plénitude et de communion avec l’espèce humaine post-monastique est un peu passé, reste une lassitude totale d’argumenter. Et surtout un grand sentiment de « qui suis-je pour argumenter quoi que ce soit? ». Ce que je trouve très sain en fait. J’ai quand même largement trop ouvert ma gueule sur trop de sujets, j’ai décrié les arguments de trop de gens avant même qu’ils ne les aient prononcés. Alors qu’en vrai, la Grande Vérité, Vraie, je vais vous la livrer: je ne comprends à peu près rien au monde.
Lire la suite « « Y a rien à comprendre » »

« Tu t’es vachement radicalisée non? »

Non je n’écrirai pas sur les 343 connards. Je ne commenterai pas. Je ne donnerai pas mon avis. Je me suis énervée sur beaucoup de sujets. Je ne poste que des trucs sur le féminisme. Je me fatigue moi-même. Le nombre de fois dans une semaine où je dis « patriarcat »? Je vous jure que c’est effarant. Je pense que je dis environ 10 fois plus souvent « prisme du patriarcat » que « passe-moi le sel ». (ma maman m’a appris à manger peu salé, mais quand même)

Et puis je ne suis pas chroniqueuse chez Ruquier (malheureusement pour mon banquier) donc je ne vois pas pourquoi je devrais donner mon avis sur tout avec l’humour et le bon goût d’une Natasha Polony.

Donc voilà: je vais faire l’impasse et ne pas m’enflammer sur le sujet de la prostitution.

526x297-gA0

Lire la suite « « Tu t’es vachement radicalisée non? » »

« Ton père, il a pas oublié de cocher l’option »

Il y a des lundis où, ayant enfin regagné mon appart (après avoir bossé dans le sud au bord d’une piscine un verre de rosé à la main, contemplant les Alpilles)(plaignez-moi), réveillée par un délicat rayon de soleil et une légère gueule de bois, j’ouvre avec curiosité mon agenda, me demandant ce que me réserve la Vie.

Vais-je avoir enfin quelques heures à moi pour équeuter des pâquerettes, bercée par la grille de programme estivale de France Inter? Vais-je pouvoir m’offrir le luxe de déchiffrer quelques Impromptus de Schubert pour enchanter l’oreille de mon voisinage? Ou bien vais-je emprunter un chemin artistico-philiosphique stimulant pour l’esprit qui me distraira tout en…

LUNDI:

To-do-list de l’urgence:

LIRE TEXTES EN VIEUX FRANÇAIS !!!!!

Fuck.

Huit heures d’Agrippa d’Aubigné plus tard, mes yeux bruslent et n’arrive plus a escrire en symple françois, Dictes moy ou, n’en quel pais, Echo parlant quant buy on maine, Dessus riviere ou sus estan, Qui beauté ot trop plus qu’humaine, Mais ou sont les neiges d’antan?

Et je suis toujours en pyjama. Y a des lundi comme ça.

Image du Blog tititendresse.centerblog.net

Donc, comme d’hab, chers 2,5 lecteurs, je ne sais pas quel bout prendre le début de cet article. Je pourrais vous raconter comme j’ai passé mon anniversaire, puisque j’ai compris que vos esprits sadiques aimaient le récit de mes Grands Moments de Solitude.
Lire la suite « « Ton père, il a pas oublié de cocher l’option » »