« Vous avez quatre heures »

Il y a exactement 10 ans jour pour jour, un mercredi soir probablement ensoleillé, ma mère m’avait sans doute acheté du saumon fumé pour me remonter le moral (oui le saumon me remonte le moral, je me fous des théories de complots écologistes sur leur disparition et leur pollution) et j’avais sans doute mal dormi bien que je me sois couché tôt après avoir fumé une ou deux clopes en cachette dans ma chambre sur-décorée de photos de ma bande de copines.

J’avais du me dire (et peut-être m’écrire)(j’étais romantique) que je me souviendrai toujours de cette soirée parce que d’ici quelques heures allait commencer… ma Vraie Vie d’Adulte! (Non, ceci n’est PAS un article sur mon dépucelage).

Je me suis trompée: je n’ai aucun souvenir de cette soirée en particulier et ma VVA n’a pas commencé le lendemain (mais comme tout le monde, le jour où je compris ce que représentait le logo Carrefour).

Mais tout de même, il y a dix ans ce n’était pas n’importe quoi comme soirée: je m’apprêtais à passer L’ÉPREUVE DE PHILO!
Oooouuuuhhhh!
Donc en hommage à moi-même je m’en vais tenter de répondre à la question sur laquelle j’avais planché jadis:
« Tout pouvoir s’accompagne-t-il de violence? »
Vous avez quatre heures.
Hum.

Lire la suite « « Vous avez quatre heures » »

Publicités

“Fondamentalement, les femmes ne veulent pas le pouvoir.”

Au cours d’un récent apéro entre amis, cette phrase a atterri sur le tapis. Si elle y a laissé moins de trace que le sirop d’érable qui l’a suivi de peu (oui, c’était un apéritif entre amis avec du sirop d’érable…. pourquoi? pas vous?), elle est toute de même assez intéressante pour que nous nous y arrêtions.

CONTEXTE (ou: Qui c’est le con qu’a dit ça?):

Eh bien, un type pas con du tout en l’occurrence, et c’est bien pour ça que ça m’interroge. (C’aurait été, je sais pas moi, Michel Sardou par exemple, je me serais contentée de lever les yeux au ciel). Mais non, ici parlait un type intelligent, intéressant, jeune (26 ans), curieux, open-minded, très à gauche, hétéro, sans traumatiste particulier avec la gent féminine, pas sexiste, pas raciste, pas roux, et pas originaire du Puy-de-Dôme. Donc: Quelle ne fut pas ma surprise! comme on dit.

Je m’apprêtais instantanément à sauter sur un grand cheval en brandissant un recueil de textes d’Isabelle Alonzo, mais une fille sur le canapé réagit plus vite que moi et plus fort (si si); je me tus et pris des pop-corn pour regarder le débat. Or il se trouve que cette fille est une ex-championne de France de Ju-jit-su. Du coup, point de débat, mon cousin filant vite fait dans la cuisine faire la vaisselle. (oui, le type en question est mon cousin).
Bon, l’anecdote en elle-même pourrait déjà être une forme de réponse à l’affirmation initiale. La femme sachant maîtriser les arts martiaux a fondamentalement le pouvoir sur le type qui lui pas

g

TENTATIVE DE DÉVELOPPEMENT (ou: comment j’ai filé la migraine à mon cousin)
Lire la suite « “Fondamentalement, les femmes ne veulent pas le pouvoir.” »