« Un papa + une maman = la patrie »

Alors j’image que vous n’en avez pas entendu parler parce que le sujet intéresse vraiment peu les média qui préfèrent parler sans fin des chiffres du chômage ou de Gérard Depardieu qui fait des choix de vie vendant du rêve… (tiens, d’ailleurs, vous savez ce que fait au quotidien un ministre de la culture de Mordovie??!) mais il se trouve qu’apparemment, dans un obscur pays catholique d’Europe de l’Ouest appelé « France », il y aurait un gros débat national sur le mariage. Peut-être même un référendum (genre ouais parce que le pays se proclame « démocratie » alors il faudrait tout soumettre à l’avis du peuple éclairé, ah ah!)!

771D39CA386D75486A2A321B134E38

 
Lire la suite « « Un papa + une maman = la patrie » »

Publicités

« C’est pour le boulot ou pour le plaisir? »

Je viens de prendre conscience d’un problème métaphysique. Comme je n’ai plus ni psy ni journal intime, vous avez gagné le droit que je le formule ici. (Youhou!)

Comme vous avez bien suivi les tribulations de mon existence, vous savez que je suis rentrée de voyage il y a peu. Et que par définition, rentrer de vacances (même si je préfère nettement le mot « voyage », qui sonne initiatique et aventurier, au terme méprisable de « vacances » qui sous-entend que je me serais contentée de boire des pina colada au bord d’une piscine chauffée)(c’était des caïpirinha)… rentrer de vacances, donc, signifie de façon logique « reprendre le boulot ».

C’est là que le problème pointe le bout de son nez. Vous le voyez venir ?


Lire la suite « « C’est pour le boulot ou pour le plaisir? » »

Alors, heureuse?

L’autre jour, je me suis encore fait un de mes bons coups de godicherie. Je pensais qu’en écrivant noir sur blanche combien j’étais nulle pour repérer quand on me draguait (en l’occurrence dans cet article où je vous ai livré mon intime avec émotion), ça améliorerait un peu ma situation. Eh ben, c’est drôle: pas du tout.

L’autre jour, donc,  je me suis faite draguer et je n’ai rien vu. A ma décharge, je pensais que ce type était homosexuel (il portait une chemise lamée rouge)(et j’ai grandit dans le Marais, donc pour moi, l’Homme est a priori homosexuel, charge à eux de me prouver le contraire…). Donc que ce type me regarde avec ostentation en parlant de moi à son pote et en me pointant du doigt, je n’y ai pas trop fait gaffe (je me suis simplement dit qu’il était mal élevé). Quand le type est venu me dire “On se connaît, non?”, je n’ai pas pris ça pour une phrase d’approche minable (comme quoi écrire cet article ne m’a servi à rien non plus)(je vais finir par punaiser au mur mes propres articles, ça finira peut-être par rentrer). Je me suis dit qu’on devait vraiment se connaître et j’ai tout fait pour résoudre l’énigme. J’ai donc passé un quart d’heure à énumérer les lieux phares de ma biographie pour trouver où le jeune homme en question et moi aurions-nous pu nous rencontrer (“J’étais en maternelle rue des Petits Carreaux, ensuite j’ai fait mon lycée dans le 13ème, j’ai fait de la danse africaine à Chateaudun, j’ai passé quatre étés à Ars-en-Ré, j’ai appris le patin à glace à Avoriaz, j’emmenais mon chat chez le véto rue Caumartin, il s’appelait Noisette, non le chat, pas le véto, j’ai passé mon permis à Aulnay-sous-Bois… Et toi? Ah non, je connais pas Rouen, mais j’ai passé un week end à Reims l’année dernière, ça compte?”)
Lire la suite « Alors, heureuse? »