« Moi, je sens les choses »

Ah l’été, saison de la nouveauté et de la rencontre! (Mon horoscope Cosmo avait vu juste!)

Ainsi, donc, bien que n’ayant pas eu de vacances à proprement parler comme vous l’aviez déjà compris (oui je compte le dire en boucle jusqu’au fin fond de l’hiver pour me faire plaindre, puis je partirai au bout du monde pour me faire jalouser)(mes rapports humains sont très sains), ces merveilleux mois d’été me furent riches en apprentissage. Sillonnant par monts zé par vaux notre belle patrie, chance me fut donnée d’échanger avec plus d’une variété de mes concitoyens (et quelques étrangers, pour l’exotisme) et certainement avec un éventail plus large que le reste de l’année. (le pourcentage d’éleveurs de moutons, de curés auvergnats et d’intellectuels lituaniens étant très faible dans les cocktails mondains du PMU de Clichy qui jonchent mon quotidien).

Cet été, je fis ainsi quelques découvertes qui, franchement me mirent en joie (m’aidant parfois du mantra « ce qui est naze aujourd’hui sera drôle demain »). Florilège de mes surprises de l’été:

– Rouler dans une décapotable belge sous la voie lactée  et découvrir, qu’au pays de Jacques Brel et Annie Cordy, les voitures luxueuses étaient équipées… d’un décapsuleur intégré! Ingénieusement caché dans une petite trappe coulissante entre le levier de vitesse et le frein à main, le décapsuleur (fort design) repose dans une sorte de mousse compacte moulée puis se clipse à la verticale pour former… « quoi ça? » un astucieux porte-(deux)-bouteilles!

Pourcentage de mise en joie: 64%. (on n’avait pas de bière)

– Apprendre que les immondes clowns blancs déguisés en Tic-tac dont l’affiche, placardée en bas de mon immeuble, m’agresse les yeux depuis 6 mois, sont en fait chanteurs et bien balèzes. (écoutez-moi donc ça!) Lire la suite « « Moi, je sens les choses » »

Publicités

“Ca fera une bonne anecdote!”

Ca y est, le cap psychologique et embouteillé du 15 août est passé. Les moins branleurs d’entre nous rentrent dans leurs pénates et se remettent au boulot. Ce qui veut dire que pour les deux semaines à venir, toute discussion, au café entre amis, à la machine à café entre collègues, à la boulangerie avec la boulangère/le boulanger/leur fils qui a des problèmes de pannes sexuelles (pendant l’été, la petite amie du fils de mon boulanger a beaucoup papoté dans le quartier…), dans l’escalier avec la voisine-du-dessus, et globalement dans n’importe quel contexte où parler est une obligation morale, toute discussion, disais-je, ne sera qu’un interminable récit de vacances.

Orkut Commentaires - Spongebob

Immanquablement, je/vous/nous allons avoir droit à une description en temps réel d’une séance de parachute ascensionnel à Djerba, à un récit bien trop détaillé de la flore du Périgord qui est tellement verte c’est dingue, que tu vois ce qui est génial à Phuket c’est les massages, et en Espagne on a mangé des tapas hyper bons et puis tu sais, on mange pour trois fois rien à Cancun et les gens sont tellement accueillants à Barcelone! et les tomates! et la chaleur! Le Grau-du-Roi, tu vois, ça te reconnecte à mort avec les fondamentaux de l’existence, la grasse mat, la nature, les nappes provençales, les tomates cerises, le p’tit rosé, tout ça tout ça, tu vois? Ca apaise à mort, tu vois?

Une version sonore de nos laborieuses rédactions de 6ème, où on comblait fièrement quinze lignes de fautes d’orthographe pour narrer nos deux semaines avec papa et maman dans un F2 au Grau-du Roi (“et y avé du sable et aussi on a mangé une glasse et aussi y avait Lulu c’est notre chienne, elle est jantille mai un jour elle été plu la et Papa a di quelle été parti en vacanses au paradi des chien”). C’était la belle époque. On se réjouissait de piètres vacances répétitives, qu’on oubliait aussi vite qu’elles étaient passées.
Lire la suite « “Ca fera une bonne anecdote!” »

Il est meilleur que son visuel

Voilà une terrible vérité: juger sur l’apparence, c’est bête (et nous avons déjà traité son corollaire évident: s’attaquer au physique: c’est maaaaaal).

Preuve irréfutable, les grands-parents du monde entier ont inventé des dictons métaphoriques tro-meugnons pour que leurs enfants pensent à voir la fameuse beauté intérieure des choses:

UK: Don’t judge a book by its cover.

France: L’habit ne fait pas le moine (ou la version Borloo que linternaut vient de me faire découvrir “On ne connaît pas le vin à l’étiquette”).

Sénégal: Le criquet tient dans la main mais on l’entend dans toute la prairie.

Chine: La perle provient d’une vulgaire huître.

And my favorite: Si derrière toutes barbes il y avait de la sagesse, les chèvres seraient toutes prophètes.

Arménie: one point.

Je pourrais étayer ce sujet magnifique par un comparatif quotient de bonnasserie visuelle/quotient de bonnasserie au lit de mes ex. Mais le monde n’est pas totalement injuste (contrairement à ce que prétendent ces jours-ci les zamis dépités et surpris de DSK) et globalement, on sait tous que les mecs très beaux sont nuls au lit. (Sauf ce médecin irlandais sublime avec qui j’avais couché en Inde… mais toute règle doit avoir son exception)(d’ailleurs, je ne me rappelle pas de ton prénom, mais si tu as appris le français et que tu me lis: Hi! Call me!)

Donc j’ai décidé de vous parler de cupcakes.

Spongecake Bob (suffit de taper les bons termes dans Gogole image...)

Lire la suite « Il est meilleur que son visuel »